Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
MANGA et ANIME vus par  des passionnés

Blog de critiques et news sur les Manga, Manhwa, Manhua, Japanime et plus encore !

VAMPIRE PRINCESSE MIYU, LES OAV

© Narumi Kakinouchi / AIC

© Narumi Kakinouchi / AIC

Titre VO: Kyuketsuki Miyu

Type : Série d'OAV (Original Animation Video)

Genre : Drame/horreur

Année de production : 1988

Arrivée en France :  2001

Durée : 4 épisodes de 30 minutes

Titre Vo: Kyuuketsuki Miyu

Studio : AIC, Pony canyon

Réalisateur: Toshihiro Hirano

Character Design: Narumi Kakinouchi

Musiques : Kenji Kawai

D'après le manga de: Narumi Kakinouchi

Editeur Fr: Pathé / Manga Vidéo / Manga Mania

(2 DVD avec 2 épisodes sur chaque disque)

Synopsis de la série : 

Miyu n'est pas une jeune fille ordinaire mais un vampire millénaire. Gardienne d'une tradition ancestrale, elle protège le Japon de l'invasion d'une confrérie de suceurs de sang animés de mauvaises intentions, les Shinmas. 

© Narumi Kakinouchi / AIC

© Narumi Kakinouchi / AIC

Le scénario :

Miyu est une fille vampire chargée de combattre les dieux démons s'introduisant dans le monde des humains . Himiko, une exorciste, n'aura de cesse de la poursuivre parce que pour elle, Miyu n'agit pas forcément pour le bien des personnes qu'elle est censé sauver .

OAV 1/2

Cet épisode plante le décor. On y découvre Himiko, une sorcière/médium qui doit soigner une jeune fille plongée dans un sommeil sans fin. Himiko croisera sur sa route Miyu, mystérieuse vampire qui l'aidera peut-être à élucider une série de meurtres très troublants. Les victimes sont toutes des femmes et Miyu semble être une coupable idéale...

OAV 3/4

Un dieu-démon tient Larva en otage. Il est aidé par un autre dieu-démon qui se trouve dans une armure. On découvre dans cet OAV le passé de Larva et comment il est devenu le protecteur de Miyu. Miyu, aidée par Himiko, réussira-t-elle à le récupérer?

© Narumi Kakinouchi / AIC

© Narumi Kakinouchi / AIC

Mon Avis sur les OAV:

Vampire Princess Miyu, voilà un manga un peu maudit en France. Adapté en plusieurs éditions, il n'a hélas jamais vu sa conclusion arriver dans notre pays .

Ne l'ayant pas lu, je ne pourrai vous dire si cette série d'OAV reprend les premiers chapitres ou si elle s'en inspire simplement .

Commençons par le plan technique :

Malgré l'âge avancé de ces OAV (1988) et l'aspect un peu vieillot des décors, le design des personnages en particulier Miyu restent de très bonne facture. L'animation même si elle n'est pas aussi fluide que les anime de maintenant, est tout à fait honorable pour l'époque .

Niveau musique, les compositions musicales sont discrètes mais mélodieuses, dans la lignée du travail habituel de Kenji Kawai surtout connu pour l'ost de Ranma ½ !

Le point fort des OAV est vraisemblablement son protagoniste principal : Miyu !

Elle est un peu le précurseur de ces personnages féminins mystérieux, captivants , étranges, a l'instar de Saya de Blood The Last Vampire ou d'Ai Enma de l'anime Jigoku shōjo .

On regrettera cependant que sa relation avec Larva (Amour en VF) ne soit expliquée que brièvement.

Ensuite, nous avons Himiko l'exorciste: poursuivant Miyu sans relâche, un lien très fort semble unir les 2 femmes, lien qui sera expliqué dans le dernier OAV .

En dehors de ces deux  là, les autres rôles sont vraiment trop vite expédiés. Même Larva qui est le plus proche de l'héroïne est quasiment inexistant, il ne parle jamais .

Quand aux dieux démons, on ne saura quasiment rien sur eux. J'espère vraiment que la série d'animation sortie plus tard et inédite en France, apporte des réponses aux questions qu'on se pose.

© Narumi Kakinouchi / AIC

© Narumi Kakinouchi / AIC

Pour finir :

Malgré des personnages trop peu étudiés psychologiquement, voire inexistants pour certains et une intrigue laissant des questions sans réponse, Vampire Princess Miyu possède une ambiance envoûtante et nul doute que vous devriez tomber sous le charme de Miyu !

Critique rédigée par SaintNono

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article